Bonjour,

 

Je souhaite laisser mon témoignage, d’abord pour que cela puisse servir à d’autres, et enfin pour faire une fois pour toutes le deuil de la personne que j’ai été avant mon handicap.

 

J’ai 49 ans, marié, père de deux petits monstres de 15 et 18 ans.

 

Depuis toujours, je n’entendais pas avec mon oreille gauche, après une visite médicale bien poussée pendant mes trois jours d’armée ( et oui cela fait un bail ) Le médecin m'a réformé et m'a bien fait comprendre que les cellules internes était endommagées.

 

Après, une visite chez un audioprothésiste, qui me déconseille une prothèse qui ne me servira à rien. Avec le temps, je n’entendais plus rien côté gauche, et je suis resté sur ce constat.

 

Ce qui devait arriver arriva la nuit du 1 au 2 janvier 2009, j’ai perdu complètement l’usage de mon oreille droite en une nuit.

 

Je me suis retrouvé complètement sourd du jour au lendemain, c’est ce que l’on appelle La surdité brusque idiopathique.  

 

http://ajol.info/index.php/jtdorl/article/download/42037/9218

 

J’ai été immédiatement admis aux urgences, et un traitement à base de cortisone et de vasodilatateur m’a été administré pendant 10 jours.  

 

Les séances de caisson hyperbare sont controversées et, bien que sur Lyon il existe un caisson, je n’ai pas fait de séance.

 

Puis retour chez moi.

J’arrivais à entendre un peu mais pas assez pour comprendre.

Et là, le monde s’écroule. J’ai d’abord cherché en vain à comprendre la cause de ce
problème. D’essayer d’obtenir un autre avis, une solution, une explication : rien.

 

Après quelque temps les acouphènes ont vite pris le dessus et la j’ai plongé dans une déprime sympathique et à propos.

 

Ce qui m'a permis de me sortir de cette déprime, c’est qu’après la visite chez mon ORL , l’oreille gauche avait un reste d’audition de 30 % , ce qui m'a permis, grâce à une prothèse appropriée ( + 50 db ), une bonne récupération de mon audition côté gauche.

 

Les acouphènes sont très invalidants et j’ai pris des antidépresseurs sur quelques mois pour faire baisser leurs effets. Après arrêt des antidépresseurs j’ai eu pendant 1 mois des pointes d’acouphènes (comme si pendant 2 secondes vous mettiez la télé à fond (20 fois par jour) puis retour à la normale (Bruit électrique d’un frigo)

 

Pour dormir somnifère et rivotril chaque soir.

 

Aujourd’hui, j’arrive à communiquer et les acouphènes font partie de mon quotidien, j’évite de me fixer sur ce bruit, et je me suis trouvé  une addiction qui m’occupe l’esprit.

 

Voila pour le coté narratif.

 

Ce que je retire de mon handicap, c’est le regard que je porte sur les autres, je ne suis plus aussi égoïste qu’auparavant, et je pense être plus ouvert et humain aujourd’hui.

 

Mon handicap m'a ouvert un peu plus les yeux sur la vie.

 

Ma femme et mes enfants ont beaucoup souffert et souffrent encore des effets de mon handicap, nous essayons de trouver un nouvel équilibre, ce qui n’est pas gagné d’avance.

 

Pour terminer et pour tourner, une page, cette page  

 

L’année 2010 commence, je change de travail, je suis auto-entrepreneur et j’ai plein de projets en tête.

 

Je vous souhaite à tous de rester en bonne santé.

 

Maxime RINNA